Abonnez vous à l'info lettre

Tensions au conseil municipal

Le 31 juillet

Flash is required!

Mascarade au Conseil Municipal

Ce mercredi 31 juillet, seulement 11 élus de la majorité sur 24 ont participé au vote du Plan Local d'Urbanisme. Les congés n'expliquent pas tout... Dénonçant les conditions légales de la tenue de ce conseil, Christophe André, Mireille Cellier et Cédric Durand ont considéré que le vote était irrégulier. Ils ont proposé à M. Bourbousson de convoquer un nouveau conseil pour s'assurer de la validité de la délibération. Toujours arrogant et à court d'arguments, le maire a refusé, bien trop pressé de faire voter le PLU. Que signifie cet empressement manifeste ? 

Christophe André a dénoncé ce simulacre de démocratie et a demandé des comptes à M. Bourbousson sur les heureux élus propriétaires de terrains. Bien ennuyé, le maire a répondu que 4 élus étaient concernés, dont 3 adjoints. Christophe André, Mireille Cellier et Cédric Durand ont donc décidé de se retirer au moment du vote.

Avant cela ils ont pu dénoncer le rapport sur le PLU et demander des précisions sur un dossier incohérent, incomplet, souvent contradictoire qui semble taillé pour satisfaire quelques promesses électorales. En effet, les projets indissociables qui se rattachent au PLU comme la mise en eau, le tout à l'égout quand on veut viabiliser des terrains, ne sont pas inscrits. Quand une question pointue sur un détail du PLU est posée par Christophe André, M. Bourbousson décide de ne pas répondre.

Le projet photovoltaïque de départ promis aux beaucairois ne verra pas le jour, encore une promesse non tenue. 

À quelques mois des élections, le clientélisme politique bat son plein, dans le cas présent il se fait sur des sujets essentiels pour le développement de la ville : l'urbanisme et le logement.

La preuve de la fébrilité de l'équipe municipale a été donnée quelques instants après le conseil par une information parue sur le compte Facebook du chef de cabinet de M. Bourbousson rayant l'attitude de l'opposition, et immédiatement  "aimé" par 4 personnes, dont 2 employés du cabinet du maire... et une adjointe heureuse détentrice d'un ou plusieurs terrains peut-être bientôt constructibles. En bref, une vraie mascarade !

ET EN PLUS ILS SE MOQUENT DE TOUT

Ce Week-end deux événements majeurs se sont produits, leurs conséquences auraient pu être désastreuses pour la ville de Beaucaire.
Il s'agit du feu criminel qui a failli brûler l'abbaye troglodytique de Saint Roman, véritable joyaux unique en occident. L'incendie a ravagé 15 hectares, il a été arrêté grâce au courage et à l'efficacité des pompiers.

http://www.midilibre.fr/2013/07/28/pour-internet-de-philippe,739575.php

Le deuxième est l'inondation de la rue nationale suite aux violents orages du lundi 29 juillet à 2 heures du matin.

http://www.youtube.com/watch?v=W8LqoS8vMYM&feature=youtu.be

Christophe André a tenté d'obtenir des explications sur ces événements, leurs conséquences et les mesures prises ou à prendre dans le cadre d'un PLU qui est un plan prenant en compte toutes les zones de la ville et se doit de les améliorer, de les protéger en anticipant avec des moyens et des structures adaptées. La réponse de M. Bourbousson fut encore dans le dédain et la suffisance.

Dans 8 mois, il faudra bien qu'il rende des comptes aux Beaucairois !

Le 18 juillet

Ce jeudi 18 juillet, le conseil municipal de Beaucaire a été des plus virulents, M. Bourbousson dénigrant une fois de plus les élus d'opposition. Au moment du débat sur le Plan Local d'Urbanisme, Christophe André s'est étonné de la sortie de 3 adjoints (soit 1/3 du total des adjoints). Il a signalé que le quorum n'était plus atteint si les élus d'opposition ne siégeaient plus...

Tous les élus d'opposition se sont concertés, et pour manifester leur réprobation sur l'attitude du Maire, ils ont quitté la salle, le conseil municipal a du coup été immédiatement et définitivement stoppé faute de quorum.

Des questions se posent sur la fragilité de la majorité actuelle, incapable depuis plusieurs conseils municipaux de réunir suffisamment d'élus pour s'assurer de la tenue du conseil dans un cadre légal. Quels sont les motifs de la sortie de 3 adjoints sur un dossier aussi important et sensible que le Plan Local d'Urbanisme définissant les grandes lignes de l'urbanisation de la ville des 10 à 20 ans à venir ? À suivre...

Commentaires
Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires






Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.